La religion traditionnelle, la religion la plus pratiquée en Afrique

eliades-chango-ochun-yemaya

Par Jean Rony.

La religion traditionnelle africaine “survit”, partout en Afrique, surtout par des syncrétismes avec l’islam et le christianisme. En effet, si une grande partie des africains sont aujourd’hui musulmans ou chrétiens, leur islam ou leur christianisme reste très influencé par la religion d’origine.

L’abandon majoritaire de la religion africaine par les Africains entraine une perte de la composition de celle-ci. Ce qui fait que beaucoup d’Africains considèrent que la religion africaine, à l’heure actuelle, devient de moins en moins riche, et n’offre plus l’aspect complet des religions islamique ou chrétienne, au niveau de la pratique.

Également, la propagande de l’islam et du christianisme face à la religion africaine n’arrange pas cette dernière, qui est maintenant perçue par beaucoup d’Africains comme de la sorcellerie, du paganisme, des cultes mal définis.

Cependant, il y a certains pays et peuples où l’on peut observer des véritables résistances parmi les pratiquants de la religion africaine, et qui ne laissent place à aucun syncrétisme. Tel est le cas au Bénin, où les pratiquants de la religion africaine sont majoritaires, ainsi que dans de nombreux pays du golfe de Guinée, par les peuples Fon-gbe, Ewe, Yorouba en particulier, avec le Vodou. Au Cameroun chez les Bamilékés et les Bamouns. Au Gabon, chez une partie des Fangs, des Mitsogos, avec le Bwiti. Au Mali, de nombreux Mandingue, surtout Malinké et Bambara et Dogon, sont demeurés de religion africaine. Au Sénégal, chez les Sérères, Diolas, les ethnies de la région orientale, les Badiarankés, nombreux sont ceux restés à la religion africaine. En Afrique Centrale, parmi la grande nation des Kongos, du groupe Bantou. Chez les peuples nilotes de la vallée de l’Omo, Dinka, Nuer, Hamer, Nyangatom, etc. Les divers groupes masaïs vers le Kenya et la Tanzanie. Chez les Shonas en Afrique australe.

Il existe des communautés Vodou, qui ne pratiquent pas le syncrétisme, en dehors de l’Afrique, en Haïti et au Brésil. Il y a également le courant Kémite ou Kamite, dans la Diaspora africaine comme en Afrique. Kémite en rapport a Kemet, nom donné à l’ancienne Égypte par les Égyptiens anciens, considéré par les afrocentristes comme signifiant la terre des noirs. Il s’agit de la religion africaine, où les noms des éléments qui la composent sont repris de la religion égyptienne antique, car le schéma reste le même.

Civilisation et souveraineté, expression majeure de l’humanité, aux édition du net, Paris 2012.

Source : the icpr.ch jean rony

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s